mardi 30 mai 2017

L'espoir "fou"

A un moment donné, on se dit que c'est la seule solution qui reste, qu'il faut y aller, là, maintenant, c'est trop grave.

N'empêche, jusqu'au dernier moment, on espère qu'on s'entendra rétorquer "mais non, y a pas de motif d'inquiétude, c'est normal, tout va bien". 

Elle n'a pas dit ça, la toubib qui a hospitalisé Junior (14 ans) dimanche soir et au moins jusqu'à mercredi. Dans le service de psychiatrie pédiatrique. 

A bientôt si vous le voulez bien,

MP si fatiguée et désemparée

26 commentaires:

  1. Chère Madame Poppins, je vous lis avec beaucoup d'intérêt et de plaisir depuis des années sans participer à vos discussions. Là, je suis très touché par vos préoccupations, qui me rappellent des soucis que j'avais il y a une bonne dizaine d'années avec un de mes garçons. Je ne sais naturellement pas les détails, mais je pense bien à vous deux en particulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nic, merci d'être sorti de votre réserve : j'espère que l'issue a été heureuse pour votre fils !

      Supprimer
  2. Ouch.

    Je me suis pris ton billet en pleine gueule.

    Car même si je ne connais pas Junior, ça fais des années que tu en parles de temps en temps dans tes publications et du coup il fait un tout petit peu partie de mon paysage.

    Mais surtout je te connais, toi, et je t'aime bien. Alors forcément je suis touché.

    Je t'embrasse très très fort et vous souhaite, à toi et à ta famille, de trouver les ressources nécessaires pour traverser ce que vous avez à traverser.
    Et si ton rythme de publication devait en être affecté, j'imagine qu'il ne se trouvera personne pour t'en vouloir.

    Bon courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dom, merci pour tes mots : cette "contrainte" de la publication est en fait aussi salvatrice, elle m'impose de mettre des mots et de prendre un peu de recul. Mais sur le principe, tu as raison, il se pourrait qu'il y ait quelques trous...

      Supprimer
  3. Bon courage Madame Poppins, à Junior aussi bien sûr, et par ricochet, à Mini. Plein d'amicales pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré la tourmente, les 12 ans de Mini ont été fêtés dignement avec ses amis et il a été un garçon heureux je crois ! C'est source de réconfort pour moi !

      Supprimer
  4. Je suis touché par ton partage. Bon courage à toi et à ta famille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci : le courage est là mais la peine est par instants très lourde à porter. Je suppose que le temps fera son oeuvre, pour tout le monde. Bises à toi !

      Supprimer
  5. Madame Poppins, le ciel me tombe sur la tête en te lisant ce matin … Je ne sais pas quoi dire, qu'écrire, parce que ce ne sont que des mots. Et je ne peux pas, juste comme ça, te serrer dans mes bras quelques secondes, pour t'aider à te sentir encore forte, à rester debout pour toi et pour ton fils.
    Je te souhaite, ainsi qu'à Junior, de trouver, l'un et l'autre, des ressources en vous et aussi dans votre entourage. Je pense à un grand-père dont il serait particulièrement proche en ce qui concerne Junior. Je le dis en pensant à un cas survenu, il y a longtemps, dans une famille proche. Mais je le dis sans rien connaître de toi, de Junior, de vos familles, de son père. J'en suis peut-être à des années-lumières.
    Rien que des mots, comme je disais. Dur de te lire, de ressentir, et ne pouvoir que jeter que quelques lignes sur ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Landri, merci pour ton message : Junior a un père qui, au-delà de nos profondes divergences, est très présent. Cela étant, un grand-père aurait été bienvenu, s'ils n'étaient décédés les deux depuis des décennies.

      Même s'il ne s'agit que de lignes, elles sont réconfortantes pour moi, merci.

      Supprimer
  6. Bon courage à toi et à Junior... et bon rétablissement aussi.
    Et n'oublie pas qu'une hospitalisation en psychiatrie ne signifie pas, et de loin, qu'il est fou (comme dans les bandes dessinées, avec entonnoir sur la tête etc) et irrécupérable...
    Mais au contraire, qu'il est (peut-être) malade, et qu'on va le soigner.

    Comme j'ai pu (pour le moment) surmonter mon cancer, il a de bonnes chances de surmonter, avec l'aide adéquate, ses soucis.
    Et si toi-même a difficile à vivre ceux-ci, n'hésite surtout pas à te faire également aider, à en parler à qui tu veux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Neptune, c'est une chose qui est très présente à mon esprit et j'en ai l'intime conviction : mon fils n'est vraiment pas "fou", il est "juste" profondément mal en ce moment. Je garde l'intime conviction qu'il existe un "après", qui peut se construire : j'ai juste besoin d'apprendre la patience...

      Je suis heureuse, sincèrement, de lire qu'à ce stade, cancer - toi, c'est 1-0 pour toi ! Keep going on !

      Supprimer
  7. Bien que sans voix devant ce message, je ne pouvais pas rester silencieuse.
    Je t'envoie tout mon soutien. Que cela doit être dur. Courage.
    Sofito

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sofito... ton message est important pour moi, je suis touchée de te lire, merci ! Depuis le temps, tu le sais, j'ai "mauvais" caractère, c'est là que je vais puiser la force d'aller de l'avant malgré le tsunami ! Bises à toi aussi !

      Supprimer
    2. Merci de prendre le temps de répondre. Par contre, un fois le tsunami passé, s'il te plaît, prends le temps de décompresser, prends du temps POUT TOI, le "mauvais" caractère a aussi ses limites ;o). Je t'embrasse.
      Sofito

      Supprimer
  8. Quels mots écrire ? Courage, je suis avec toi, et Junior.
    Fais comme si c’était possible : je vous prends dans les bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un message sur un blog, c'est comme une petite bulle de savon qui danse dans le vent : légère, brillante, merci, ça fait du bien.

      Supprimer
  9. En te lisant depuis si longtemps, j'avais cru comprendre que Junior était un peu différent. Mais là... Je ne doute pas que ce soit très dur. Mon coeur de maman poule en prend un coup... Je te souhaite sincèrement tout le courage nécessaire et surtout essaie de trouver quelqu'un avec qui en parler de vive voix.
    Je t'embrasse très fort. Et Junior aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perduedanslecouloir, j'ai lancé des "bouées" et je suis estomaquée de voir à quel point les gens répondent présents autour de moi, tant dans le privé que dans le domaine professionnel, c'est pour moi une source de réconfort incroyable ! Je vais finir par penser que malgré mon caractère de cochon, y a des gens qui m'aiment bien : merci pour tes lignes !

      Supprimer
  10. Je suis là, tu le sais.

    J'avais déjà écrit ce commentaire ce matin: je ne comprends pas comment il a disparu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais (que tu es là), je ne sais pas (pourquoi le message initial ne s'est pas enregistré). Merci.

      Supprimer
  11. Je dirai comme Dom’-)
    À ceci près que moi, c’est au plexus que cela a cogné. Mon vieux cœur malade a dû en prendre un coup.

    Ainsi, cela n’arrive pas qu’aux autres ?

    Alors que j’avais donné un article en d’autres lieux sur cet « OVNI du monde du Cinéma » qu’est Xavier Dolan, j’ai revu « Mommy » récemment,. C’était pour tenter de comprendre l’enchaînement qui aboutit à l’internement d’un gamin.

    C’est dur, très dur et je n’ai pas de mots pour apaiser votre souffrance réciproque.

    Adopter un grand-père ? tu y avais pensé. L’idée était drôle et bien sympathique. Pourtant, je ne suis pas certain que c’eût été la solution. « Il faut que jeunesse se passe », clame le dicton.

    Même si je reste désarmé devant ce drame, je reste optimiste et je refuse de croire que la situation soit irréversible.

    Merci à Ysengrain pour son joli mot « Je suis là, tu le sais. »

    Son expérience, sa sagesse et son humanité pourraient t’aider.

    Je t’embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marc, je suis désolée pour ton coeur : j'admets souvent penser à lui et m'inquiéter parfois pour celui qui le porte ! J'ai la conviction que rien n'est irréversible, merci pour ton soutien.

      Supprimer
  12. La lecture de ces quelques phrases est comme un coup de poing dans le ventre.
    Je ne sais que dire, mis à part que je pense à vous, et espère que tout aille au mieux pour toi et les tiens.
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. greg, merci pour ton soutien : je m'accroche à l'idée qu'il est des épreuves dont on sort, tous, grandis !

      Supprimer
  13. Bonjour m'dame,

    voilà bien longtemps que je ne t'ai pas lu, et là boum... je pense très fort à toi, à junior à mini et tom pouce aussi. forcément ça chamboule tout le monde.
    Je sais que malgré tes doutes, tes triturages de méninges, tu as une force et un courage à la hauteur de ceux que tu aimes.
    et Junior, je n'ai nul doute sur sa réflexivité.

    alors je t'envoie et d'ailleurs N4 aussi nos pensées plus tendres, les plus précieuses.

    Je t'embrasse

    avec une envie de te voir toujours intacte.

    Pascalou

    RépondreSupprimer