mercredi 3 octobre 2007

C'est pour un sondage

Depuis sa naissance, Junior (4,5 ans) côtoie un nombre important d'enfants, de différentes nationalités, tant à la crèche que dans notre cercle d'amis. Parmi ces enfants, Marie, Timéo et Kevin, qui ont au moins un point commun : ils sont noirs. Ce qui laisse Junior totalement indifférent, sa priorité étant de gagner à chaque fois au jeu de Barbapapa et de piquer toutes les petites voitures à tout le monde.

Trois semaines après avoir commencé l'école, fin août de cette année, alors que je lui lisais le prénom de chaque enfant de sa classe (je ne connais pas ces enfants, j'ai en revanche une liste complète) et qu'il me faisait un commentaire sur chacun d'eux, genre "lui, il court super vite", "elle, elle pleure tout le temps le matin", il me répond tout à coup "lui, je veux pas jouer avec !" Soupçonnant le camarde d'être meilleur buteur que Junior, je lui demande des précisions : "je ne veux pas jouer avec lui parce qu'il est noir !"

J'ai failli tomber de ma chaise. Parce qu'à mon avis, un enfant n'est jamais "naturellement" raciste : il répète ce qu'il entend autour de lui, dans sa famille, proche ou éloignée.

Ce soir, première réunion des parents, avec les deux institutrices. Et maintenant, "c'est pour un sondage" :
a) je rapporte ce que j'ai entendu et ce que je viens de vous résumer, avec ces mots drôlement "adéquats et diplomatiques", non pour accuser qui que ce soit mais pour demander aux institutrices si aborder le thème des pays, des coutumes et des apparences physiques (en gros et en résumé) serait envisageable
b) je me la coince, en me contentant de discuter "dans mon coin" avec Junior,
c) autre.

Votre avis ?

52 commentaires:

  1. Si je peux donner mon avis de "non maman"... j'aborderai la question avec les maitresse.
    Il y a beaucoup de jeux, des manières très ludiques d'aborder cette question, de l'amener sans froisser personne.
    C'est quelque chose qui est fait en 6ème par exemple. C'est le moyen de travailler sur les différences (pas si différentes, de travailler sur l'arbre généalogique.
    Bref, de faoire les petits s'exprimer, de conscientiser aussi des choses.
    Si l'école n'est pas le terrain même de l'apprentissage de la tolérance, ben là c'est sûr, je ne crois plus en rien :))
    Bon courage en tout cas !

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. En dehors de la présence des enfants, il me parait impossible de se taire.
    Il faut aussi prendre garde de ne pas culpabiliser les institutrices.
    Après ces 2 préambules, la proposition de demander aux institutrices d'aborder le thème des pays, des coutumes et des apparences physiques me parait pleinement recevable.
    Ne pas hésiter à élargir le débat aux obèses aussi qui souffrent souvent de discriminations.
    Enfin, les racistes sont ceux qui se trompent de colère.

    RépondreSupprimer
  4. Le mieux c'est d'en parler avec ton fils non ?

    Je me souviens d'un épisode similaire lorsque j'avais le même âge que ton fils : j'ai réfusé une fois de donner la main à une petite fille noire de ma classe, simplement parce que dans ma tête d'enfant, je croyais qu'elle allait me mettre du noir partout sur mes mains. La maîtresse m'a expliqué très simplement les choses et je n'ai plus refusé de lui donner la main.

    Si l'enseignante voit qu'il y a un problème de racisme dans sa classe, je pense qu'elle abordera alors la question avec les enfants à ce moment-là ? Je ne sais pas en Suisse, mais je trouve en France que les professeurs ont déjà fortement à faire avec l'enseignement qu'ils ont à transmettre. Je trouve que les questions comme le racisme, la santé, la pauvreté, la religion... sont des questions à évoquer principalement en famille, même si les réflexions ont pour origine l'école.

    RépondreSupprimer
  5. Bien sûr, je ne l'ai pas écrit, il faut en parler avec les enfants

    RépondreSupprimer
  6. Moi je serais comme Franklin, d'avis d'en parler à ton fils, et comprendre ce qui le dérange dans le fait que son copain soit noir... Comme dit Franklin ça se résume peut être uniquement à un phantasme...

    Mon fils pendant toute sa maternelle avait une aversion pour... les filles... Va comprendre pourquoi. Il refusait catégoriquement d'aller aux anniversaires des filles (ce qui m'a valu quelques hontes) Je ne crois pas avoir véhiculé de messages mysogines, parfois on ne peut pas tout expliquer...
    bises nath

    RépondreSupprimer
  7. Je serais pour la solution "a" ... avec subtilité pour ne froisser personne, mais fermeté néanmoins afin que ce problème sois résolu.

    Pour ton fils, je suppose que c'est déjà fait, s'il a déjà des amis tout noir, çà n'a pas dû poser problème ?

    PS : à 4,5 ans c'est quoi comme école ? l'équivalent de notre cour préparatoire français ?

    RépondreSupprimer
  8. Mon avis d'instit, (mais de non-maman) : il est probable que Junior a entendu un autre enfant faire ce genre de remarque, et que ça l'a marqué. Tu devrais en parler avec ton fils, qu'il ait des arguments pour une future discussion, et qu'il connaisse la position de ses parents là-dessus.
    Mais également en parler avec la maîtresse, et lui dire que vous avez abordé le problème à la maison. Peut-être qu'elle ne s'est pas encore rendue compte que cela se passe dans sa classe... les enfants sont parfois de petits cachottiers ! En tout cas il est plus que temps d'en parler en classe, et comme tu le suggères, il y a pleins de pistes de travail pour amener le débat. Oui oui, débat, d'idées, même à 4 ans ! Et rappeler, encore et encore, la tolérance des différences... quelles qu'elles soient.

    L'an passé nous avons eu un problème similaire, mais avec des enfants de 8 ans. Le petit, même pas noir mais métisse, s'était mis à se frotter tous les jours très fort au gant de toilette, pour faire disparaître cette couleur de peau qui provoquait les remarques d'un autre élève cherchant juste à enquiquiner... sa propre maman étant elle aussi métisse !

    RépondreSupprimer
  9. Je pense que vu l'âge de Junior, une bonne explication ferme mais gentille (avec art. de la Cst. si nécessaire) suffira.
    A cet âge là, on ne se rend pas vraiment compte de ce qu'est le racisme. Par contre, s'il avait 5 ans de plus...

    RépondreSupprimer
  10. damned ! avec ma sale manie de ne pas me relire, je viens de m'apercevoir que j'avais écrit cours sans "s" à la fin !

    RépondreSupprimer
  11. A mon avis de jardinière d'enfant et maman:

    Parle en a l'institutrice ce soir, elle te dira si elle veut en parler avec les élèves demain.
    Et toi tu pourrais en parler avec Junior, mais a mon avis: n'insiste pas trop, dis lui juste que c'est pas une raison de ne pas jouer avec lui. Si tu lui explique trop, que tu le questione trop ca va le marquer et il s'en souviendra pendant longtemps...
    Alors que le but c'est qu'il joue rapidement avec son petit copin, en oubliant vite le problème blanc/noir.
    C'est pas de son age.

    RépondreSupprimer
  12. @ KHannibal : je suppose que depuis la fin Août, le problème Junior a été résolu (j'attends confirmation de Mme Poppins) :)

    Et pourquoi "ferme", une explication ludique serait certainement tout aussi efficace et aurait l'avantage de dédramatiser et normaliser la chose, non ?

    Je suppose que le but n'est pas de lui faire comprendre que "çà ne se fait pas " mais que c'est simplement "stupide".

    Si çà posait problème, ayant des amis noirs, on peut lui bander les yeux ou le mettre dans une pièce sombre, et lui demander de toucher le tout noir, et ensuite lui demander s'il y a une différence avec un tout blanc par exemple :D

    Les gosses (contrairement à beaucoup d'adultes) n'ont pas trop d'à priori et sont sensibles à la logique.

    c'était juste mes 2 cents ...

    RépondreSupprimer
  13. Bon, et bien, pleins de bonnes idées ont déjà été citées. Je vote pour la discussion en famille et la discussion avec l'instit'. Tu nous raconteras ?
    Des bises

    RépondreSupprimer
  14. Pourquoi ferme ? Parce que je pense que même un gosse de 5 ans doit comprendre qu'on ne rigole pas avec ça, c'est tout. Quand je dis ferme, ça ne veut pas dire l'engueuler, mais pas non plus lui montrer qu'on prend ça à la légère.
    That's all.
    Et puis, je dis ça... J'ai que 20 ans, mais je pense que c'est ce que je ferais.

    RépondreSupprimer
  15. Coucou,

    Je rentre à l'instant de la super réunion de la mort qui tue ! Merci pour vos suggestions : je ne vais en aucun cas opter pour une explication ferme, encore moins longue, d'une part parce que, comme cela a été dit, cela lui mettrait la puce à l'oreille "y a là un truc qui fait bisquer maman", d'autre part parce qu'il a déjà trois copains noirs, avec lesquels il joue sans souci depuis "des années" (étrange formule pour un enfant de quatre ans et demi) et que je suis convaincue que Junior n'a fait que répéter des "âneries" dites dans la cour, sans les comprendre.

    Mais je n'en ai pas causé à la "prof", je vous expliquerai demain parce que là, je suis encore trop furax pour trouver le moment passé à la réunion "drôle" : faut que je décante un peu avant de vous narrer la rencontre !

    Bonne soirée à toutes et tous,

    PS: l'école "obligatoire" commence à 4 ans révolus (à fin juin) en Suisse; avant, c'est la crèche ou tout autre mode de garde, toujours privé. C'est, selon les cantons, le "jardin d'enfants", le "cycle initial" ou toute autre dénomination.

    RépondreSupprimer
  16. Et dire que je viens ici pour me changer les idées....!!!! ;-)c'est raté....
    Je pense qu'il a entendu ça à la récrée, et j'aurai une discussion avec lui pour savoir pourquoi il dit ça
    Moi aussi j'aurai bondi, purée, ça commence tôt,
    Bises du soir

    RépondreSupprimer
  17. @ KHannibal : si on est capable de rigoler de "ça", il n'y a pas de problème, et tous les espoirs sont permis, la où ça devient grave c'est justement si on prend "ça" au sérieux.

    Je suis pour l'approche "à la légère", même carrément tourner ça a la plaisanterie ou la farce, me moquer, wah ! il est tout blanc ! , de cette manière il "découvre" par lui même la bêtise du racisme, des classements, des idées toutes faites. Il pourra dire je n'aime pas ce garçon parce qu'il est brutal ... même si le garçon est noir sans arrière pensée nauséabonde ou parce que c'est politiquement correct. la question du racisme ne se posera plus pour lui parce qu'il "saura" que c'est un "non sens" et non parce qu' on lui aura appris que "c'est mal".

    Je préfère accepter le droit a l'existence des êtres, un enfant c'est un être en devenir, un enfant ce n'est pas stupide, ça manque juste d'expérience.

    Tu n'as "que" 20 ans ? quelle importance ? si tu penses avoir raison, assume toi, si tu as des doutes, cherche un complément d'information ... ;)

    Il y a quelques semaines j'ai rendu un petit service à un nonagénaire, ancien directeur d'école, comme il était esseulé il ne m'a pas relâché facilement et nous avons eu une conversation à bâton rompu devant un verre. A un moment il m'a sorti un truc qui m'a fait sourire : "Il y a autant de jeunes cons, que de vieux cons, et souvent ce sont les mêmes"

    L'âge n'excuse rien, ni dans un sens, ni dans l'autre.


    PS : d'après la génitrice d'apprenant concernée Junior aurait 4,5 ans, pas 5 ! :D



    @ Mme poppins : aaaaah ils commencent à apprendre à lire et à écrire dès 4 ans chez vous ! chez nous (France) l'école obligatoire commence à 7 ans si j'ai bonne mémoire. Par contre "l'école maternelle" gratuite commence à 2 ans pour les enfants "propres" (ne mettant plus de couches). Dans les "grandes classes" de maternelle il y a une très légère initiation à l'écriture, le reste consistant en "activités d'éveil"

    Bon ça c'est la règle, si tu veux l'adapter à tes gosses, il suffit de n'avoir peur de rien (affronter l'administration), et il y a toujours moyen !

    RépondreSupprimer
  18. a) a) mille fois a). Car il faut bien que quelqu'un prenne le taureau par les cornes! Madame Poppins tu as sans nul doute tous les atouts dans ton sac magique pour contribuer à faire un joli terreau où pousseront de très belles plantes :)
    quant au b), je suis sure que tu l'as coché aussi ;)

    RépondreSupprimer
  19. Ca me rappelle d'une histoire avec mon père, je devais avoir 10-12 ans... On va se parquer à la bonne vieille Migros d'Yverdon, et devant nous un conducteur ne circule "comme il faut", comme veut mon père. Mon paternel le dépasse et le regarde droit dans les yeux, baisse la vitre du passager et hurle "Sale Rital, retourne dans ton pays de m****".

    Moi sur la banquette arrière, interloqué, je dis mais qu'est ce que tu en sais qu'il est italien? Il me répond que cela se voit sur sa tronche et qu'il a une voiture de rital...

    heu oui...

    Ensuite, je lui demande ce qu'il a contre les italiens. Il me répond ils font chier le monde et ne respectent rien et piquent du boulot aux Suisses...

    heu oui...

    A ce quoi je lui réponds que son meilleur pote est italien... (véridique!) Il me rétorque "Mais lui c'est différent!" Réponse habituelle déjà entendue par nombre d'entre nous. Par contre, l'histoire n'est pas terminée... Il a relevé le numéro de plaque et a cherché dans sa bible des plaques numéralogiques, le bon monsieur avait un nom de famille des plus vaudois: Freymond... (de la Vallée de Joux, un patelin perdu dans la montagne pour les non Suisses)...

    Bref...

    Tout ça pour dire que je ne suis pas devenu xénophobe ou raciste pour autant!

    RépondreSupprimer
  20. Je n'ai pas lu les commantaires précédents, je fais donc probablement une redite. En ce qui me concerne,j'opterais pour les trois solutions à la fois, c) étant d'inviter le plus rapidement possible le petit garçon noir pour un goûer à la maison, avec travail psychologique sur Junior au préalable.
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
  21. J'opterais pour b/

    Peut etre que junior t'a repondu ca parce que justement il n'avait pas de raison de ne pas lui parler. Surtout s'il a d'autres copains noirs. On voit bien que c'est pas la raison in fine.

    Mon fils lui m'a dit que sacha avant lui causait plus, et maintenant il lui cause. Je ne crois pas qu'il y ait un parce que. En tout cas, je ne me rappelais plus que les je te cause je te cause plus commence si tot.

    bisous
    Tiph

    RépondreSupprimer
  22. @ Célestine : avant de connaître le fin mot de l'histoire je n'inviterais sûrement pas "le petit garçon noir"

    1) Junior a peut-être de bonnes raisons de pas lui causer (autre que sa noirtitude)

    2) Y'a rien de pire qu'un adulte sen gros sabots qui essaie de forcer l'amitié d'enfant

    @ Tiph : il me semble que les "je te cause je te cause plus" commencent justement ... dès qu'on commence à causer ! ;)

    RépondreSupprimer
  23. Suis comme toujours en retard mais voilà.

    Le plus souvent l'enfant au comportement "raciste" répète ce que se dit ou fait autour de lui.
    Pas d'accord que l'enfant ne peut pas être naturellement raciste. Il est même quelque part normal qu'il le soit. Je m'explique.

    Sommes faits de couches très anciennes, archaïques. Le premier "racisme" consiste en cette solidarité clanique qui faisait que l'on privilégiait les nôtres contre ceux de l'extérieur que l'on rejettait. Ce fut autrefois une mesure de survie. Cela nous habite encore plus ou moins et peut resurgir. Sommes bien-sûr appelés à autre chose! La civilisation passe par l'éducation, expliquer encore et encore... Rien d'inquiétant en ce qui concerne les enfants mais il ne faut pas laisser passer. Belle occasion d'expliquer!

    RépondreSupprimer
  24. Voici un lien qui pourra peut-être t'intéresser.

    RépondreSupprimer
  25. un avis de plus ?
    En théorie, la différence de couleur est inconnue aux enfants. Un de mes bons amis, noir, m'a expliqué un jour que jouant, petit, avec ses cousins, blancs, il n'avait jamais réalisé la différence de couleur (sauf celle du pull à la rigueur).

    Donc, voici ce que JE ferai personnellement :
    1) questionner Junior gentillement
    2) Analyser les réponses et essayer de dissiper le "malentendu"
    3) aborder le sujet, si nécessaire, avec la maitresse pour qu'elle leur explique tout simplement que nous sommes tous différents et pas que par la couleur de peau. Présenter cela comme une bonne occasion d'évoquer ce sujet.

    Malheureusement la nature humaine étant malfaisante, j'éviterais de dire devant les autres parents la stricte vérité du contexte qui vous a amené à aborder le sujet. Vous passeriez pour une raciste...si, si, croyez moi (sauf si les Suisses sont vraiment différents des français qui, il est vrai en tiennent une bonne couche dans le domaine!)
    tchoutchou

    RépondreSupprimer
  26. j'ai aussi eu la joie d'être dans une soirée de parents hier soir (comme toi Mary) et je rentrée furax. Nos chers professeurs sont tellement conventionnels et déconnectés de la réalité...j'ai du prendre un somnifère pour dormir

    (ma juniorrette a 5 1/2 et est en 2E)

    RépondreSupprimer
  27. Il faut aborder le sujet ça me parait évident,as-tu vraiment envie de voir ton enfant pousser dans une ambiance pareille?Ca m'étonnerait!!!!

    RépondreSupprimer
  28. @ Levri : Loupé, l'école en France est obligatoire dès l'année des 6 ans. Quant à dire qu'en maternelle il n'y a qu'une légère "initiation à l'écriture et que le reste constitue des activités d'éveil", hahem... c'est quand même faire un sacré raccourci !! Je ne voudrais pas récupérer en cours préparatoire ceux qui ont "juste" suivi ce programme...
    (des fois quand on n'est pas sûr, vaut mieux ne rien dire...:-))

    RépondreSupprimer
  29. @ filom : mes infos datent peut-être mais je connais un enfant dont la maternelle refusait l'exeat parce que le "CP c'était à 7 ans" et que c'était comme ça ! et pour entrer un un autre âge il fallait voir le psychologue scolaire, et que de toute façon c'était trop tard, il aurait fallu s'y prendre à l'avance" pff

    mmm je connais des enfants entrés sec en CP (septembre) et qui pour Noël lisaient les histoires au lit ... à leurs parents (pas une école utilisant la méthode globale, mais la vielle méthode syllabique)

    Bon tout ça date une peu, peut être qu'actuellement la maternelle c'est là qu'on apprend la lecture ?

    Bon je n'ai pas une grande estime pour l'éducation nationale française ...


    PS : merci Google : "En 1882, les lois Jules Ferry, elles-mêmes précédées de diverses mesures partielles, instituent l’instruction primaire libre, gratuite, obligatoire (de 7 à 13 ans) et laïque.

    ... En 1959, la loi Berthoin a prolongé la scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans"

    (source : http://www.unesco.org/education/wef/countryreports/france/rapport_1.html)

    PS 2 : ma mémoire n'est pas si mauvaise que ça, et cette horrible mégère avait raison "la loi c'est la loi", cependant je ne pense pas que la loi interdise aux enfants d'entrer en CP plus jeunes. Je connais de nombreux enfants entrés en CP entre 4 et 5 ans

    RépondreSupprimer
  30. Ben je ne veux pas jouer les trouble-fêtes mais j'ai cette semaine aussi été à la réunion des parents (enfant en 1E) et j'ai été enchantée par l'accueil de la maîtresse, les objectifs (qui n'en sont pas vraiment), et les moyens mis en place pour y arriver. Et surtout, la patience et l'écoute de la maîtresse ... mais peut-être que je viens d'un canton ou c'est plus sympa :-)

    RépondreSupprimer
  31. Salut ma biche,

    en arrivant en trentième position ;-) je n'ai pas grand chose à ajouter...

    Juste, qu'il a peut dit cela comme il aurait dit "il a des chaussettes bleues, elle a les dents jaunes, il sent mauvais de la bouche, il est méchant" etc...

    j'imagine au combien cette phrase a du te heurter.... mais je suis vraiment pas sûr que l'on puisse parler de racisme à 5 ans.... juste d'antipathie d'enfants à un moment t...

    par contre oui, aborder les différences de culture pourraient être un bon levier... pour faire comprendre que cette phrase est blessante, injuste, et de jugement.

    reposes lui la question dans quelques jours?

    des bises

    Pascalou

    RépondreSupprimer
  32. Sylphide, raconte, qu'est-ce qui t'a mise hors de toi ?

    Chrysante, j'ai été enchantée de la réunion en tant que telle, c'est la deuxième partie où ça s'est gâté, je le raconterai dès que possible dans un prochain billet.

    Merci à toutes et tous pour vos commentaires, merci pour le lien, Anange, fort intéressant.

    J'ai un peu cogité, relu vos réponses et vais, pour l'heure, voir si un tel épisode se renouvelle ou pas : après le premier, j'avais juste indiqué à Junior qu'on pouvait ne pas aimer quelqu'un pour un tas de raisons mais que ne pas aimer quelqu'un à cause de sa couleur, c'est comme s'il n'aimait pas quelqu'un juste parce qu'il est plus petit ou plus grand que lui et que cela n'avait pas de sens.

    Grizzli, qu'est-ce que je l'ai entendu, ce "sale Rital", non pas dans la bouche de mes parents, qui étaient eux-mêmes des "étrangers" en Suisse romande mais autour de moi, à l'école, dans la rue. Et pourtant, tous ces gens qui gueulaient ça avaient très certainement un collègue, un voisin, un copain de club de sport italien....

    Merci pour les bises, Pascalou !

    A bientôt pour la suite des aventures de "Madame Poppins découvre l'école" !

    RépondreSupprimer
  33. Attention, je vais être "raciste" envers les maitresses, mais c'est comme ça.

    Bien sûr, je généralise et elles ne sont pas toutes comme ça.

    Il me semble que le problème principal entre les maitresses et les parents, est la communication. Les uns disent "rouge" alors que les autres disent "jaune" et tout le monde se sent attaqué.

    En fait, certains parents se sont plaint que l'école est fermée à clé et que les parents ne semblent pas bienvenus dans cette établissement (ce qui m'énerve aussi). Alors à ce moment-là, la directrice du niveau moyen est montée sur ces grands chevaux et c'est défendue comme un enfant qui a fait une bêtise.

    Chers professeurs qui me lisent, j'attends de votre part, davantage de responsabilisation, d'écoute et d'ouverture d'esprit. Je conçois que votre travail est parfois difficile et érintant, mais vous êtes un modèle et un exemple pour nos enfants...

    En parallèle, je remercie tous les profs qui s'engagent dans le métier (pas assez à mon avis) et pour qui la profession est un bonheur permanent. A bon entendeur !

    RépondreSupprimer
  34. @ Sylphide : Pour "l'éducation nationale" française, je généraliserais presque ! (en admettant bien sûr les heureuses exceptions)

    Enseignant, ce devrait être une vocation ! Malheureusement c'est surtout une profession choisie pour les loisirs et la sécurité de l'emploi ...

    Mon expérience d'élève fut désastreuse. Mon expérience d'adulte est plus nuancée, il me semble que la qualité d'un établissement dépend surtout du directeur.

    Pour l'ouverture aux parents, il faut voir aussi le type d'implication "qu'exige" certains parents ...

    l' "ouverture d'esprit", c'est une denrée très rare ! dans l'enseignement comme partout !

    imho dans l'enseignement il faudrait un peu moins de théorie, et beaucoup plus de simple bon sens ! ... et respecter les enfants en leur accordant le droit d'exister en tant qu'individu.

    RépondreSupprimer
  35. Levri, tu n'es pas sur un forum, mais sur le blog d'une personne. Ce serait bien d'arrêter de commenter tous les com en expliquant que c'est toi qui a raison et les tous les autres qui ont tort !

    RépondreSupprimer
  36. @ Raleur

    Ooops désolé ! je me la ferme !

    habituellement, je ne fréquente jamais les blogs, seulement un peu les forums, et dans le passé beaucoup les NG ... j'ai acquis de sales habitudes.

    Je m'en vais ;)

    RépondreSupprimer
  37. Ben, là, je suis bien empruntée : je ne partage pas toutes les opinions émises par Levri, tant sur la forme que sur le fond, mais je pense que le fait d'être sur un blog n'empêche pas aux commentateurs de répondre aux autres commentateurs. En revanche, Levri, je ne vois pas trop la différence entre intervenir sur un blog et intervenir sur un forum : finalement, sur cuk par exemple, on est quand même "chez quelqu'un", non ?

    Finalement, je ne suis pas insensible à l'intervention de raleur puisqu'en effet, je pense que l'échange et la confrontation doivent se faire non dans le but de démontrer qu'on a raison mais pour enrichir les points de vue réciproques, même si je sais bien que nous ne vivons pas dans un monde de bisounours...

    Tchoutchou, j'ai réalisé, en lisant ton commentaire, que durant les trois premières années de sa vie, Junior n'avait jamais réalisé qu'il fréquentait des enfants noirs, ceci sur la base d'un souvenir qui serait trop long à narrer ici.

    Bonne fin de journée, que le week-end vous soit agréable,

    RépondreSupprimer
  38. Oh, Mary, aucun commentaire sur mon com... il est spécial pour toi...

    Pourquoi ta soirée de parents était d e la mort qui tue ? Ou qui ne tue pas ?

    RépondreSupprimer
  39. @ Mme Poppins :

    J'attendais une réponse "officielle" pour réapparaître. En effet, "raleur" étant un nick "non enregistré" (comme le mien d'ailleurs), il pouvait être l'émanation de n'importe qui voulant me clore le bec de manière anonyme.

    J'espère bien que tu ne partages pas toutes mes opinions! si tous le monde était pareil, ça deviendrait d'un monotone ! ... et puis les différences de vues et de comportements, ça permet aussi aux autres de considérer différentes manières de voir les choses..

    En aucun cas je n'essaye de démontrer que j'ai raison, si c'est l'impression que je donne, il suffit de le dire ... je me justifierai, demanderai qu'on me prouve mon erreur ou m'écraserai en faisant mon "mea culpa" suivant les circonstances.

    Cependant, étant un peu taquin, ce que je présente parfois comme affirmation, bien que n'étant pas faux, n'est souvent qu'attente de contradiction et/ou d'exposé d'expériences autre.

    Pour la différence entre un blog et un forum, je ne vois pas non plus la différence sur les règles de commentaires, mais je ne voulais pas polémiquer.

    Quelqu'un qui publie un blog OUVERT (c'est à dire pas un blog privé avec mot de passe) accepte la fréquentation de n'importe quel "inconnu" depuis Internet.



    L'important étant quand même qu'il semblerait que le "problème" de couleur de Junior n'en soit pas un ... :D

    RépondreSupprimer
  40. Sylphide, attends, tu vas pas me faire rédiger en commentaire le billet que je voulais préparer pour lundi ;-) Et dans ce billet de lundi, je voulais... non, non, je vais pas tout dire ici ! Donc, reviens (ou "comment fidéliser le lecteur-trice) ;-)))

    Mais dans l'intervalle, bises et bon week-end,

    RépondreSupprimer
  41. Levri, le fait de rédiger un blog "ouvert" implique en effet qu'on peut, potentiellement, être lu par 2 milliards de personnes (chiffre évidemment approximatif), je suis d'accord avec toi sur le principe. Toutefois, tout inconnu n'est pas le bienvenue s'il tient des propos... tiens, racistes par exemple ou inutilement blessants.

    A ce jour, j'ai effacé un seul message, je crois, qui contenait de la pub pour je ne sais plus quel site pas "top". J'espère n'avoir pas à faire de la censure mais si cela devait s'avérer nécessaire (selon mon appréciation de la situation), je le ferai, je suis finalement quand même "chez moi" ici.

    Mais quand on sait que la liberté d'expression et d'opinion m'est très chère, l'on devrait pouvoir continuer à s'exprimer ici sans trop de crainte lorsque les propos sont "urbains".

    RépondreSupprimer
  42. @ Madame Poppins

    Quand je dis qu'un site "ouvert" sur Internet accepte tout commentaire issu d'internautes, il est implicite que l'internaute en question a également l'obligation de respecter les règles de l'internet en général et les règles spécifiques au site si elle existent.

    Tout "propriétaire" de site a également le droit de gérer sa propriété a son grès ! C'est son privilège de censurer ou de bannir à sa convenance et ça ne saurait être contesté.

    Comme tu les dis "tu es chez toi" ... et c'est bien vrai ! :D

    RépondreSupprimer
  43. Chère Mary,
    les discussions en famille, y a que ça de vrai!
    Et je me réjouis du billet consacré à la réunion de parents d'élèves!
    J'en suis sortie super furax 2 ans de suite...et j'ai trouvé la solution pour ne plus m'énerver: envoyer le papa! J'ai eu droit à des maîtresses travaillant chacune à 50% qui se plaignaient de leur surcharge de boulot...devant une assistance de parents médusés, parmi lesquels des personnes qui cumulent 2 boulots pour tenter de nouer les 2 bouts...
    Bonne suite de tribulations!
    Joëlle

    RépondreSupprimer
  44. je n'ai jamais encore osé intervenir ici... trop scotché par la prose de Mme Poppins qui décidément reste bien ma préférée depuis mes dix ans... vos billets sont une pure merveille, la magie de mon enfance existe donc bien...

    mais bon. N'ayant pas d'enfant, n'étant ni noir ni blanc (plutôt rose pale, ce qui pour un garçon est un peu ridicule, je reconnais, mais il y a belle heurette que je ne suis plus un bleu) je n'ai donc pas mon mot à dire... aussi...

    il me semble que parler, c'est bien, mais rien ne remplace l'exemple vécu... que tout enfant (et même adulte) imite... il suffit d'être... souvent, face à lui. Et un enfant est tellement plus sensible à l'exemple donné par ses parents (surtout si ça sonne juste) et veut tellement leur ressembler... personnellement, j'ai "appris" à "aimer" les noirs parce que j'aimais tellement un curé sympa, une crème, qui lui-même vivait en lien étroit avec une communauté noire. Ça s'est fait tout seul, jamais je n'ai entendu le moindre discours, mais j'ai ressenti le bonheur d'être avec ces personnes "différentes" (sans comprendre quelle différence à l'époque, mais est-ce l'essentiel ?), et justement quelle découverte, quelle richesse, quel apport !
    je crains fort que trop de discours empêche de vivre réellement l'échange, de même que l'on communique réellement d'autant moins de nos jours qu'on en parle davantage...
    quant à l'école... outre que je rigole amèrement quand je lis que c'est le lieu de l'apprentissage de la tolérance et autres bons sentiments erronés (j'en ai de cuisants souvenirs) - comme les adultes idéalisent le temps passé ! qu'il est toujours joli... - je me dis qu'on pourrait arrêter de charger les instits de tous les problèmes de la société qu'on n'arrive plus à prendre en charge, faute de repères autres... et les vaches seront bien gardé-é-e-s... ou les moutonsss.
    Junior, moi je lui dirai rien de trop (pas en faire un problème qu'il ne se pose sûrement pas, c'est comme ça qu'on fait le contraire de ce qu'on voudrait) mais juste un truc léger, et surtout, continuer à être, plutôt que dire.. il retiendra mieux j'en suis sûr...

    ceci posé et cela dit, je rentre vite dans ma coquille ! d'oser intervenir en ce lieu, j'en suis tout rouge de confusion...

    PS vert de rage, blanc de peur, gris d'alcool, jaune parfois hélas par manque de courage... ne suis-je pas moi-même un homme de couleur ?

    PPS je ne résiste pas.. et c'est peut-être la seule chose à faire, avec Junior, se marrer comme un gosse avec lui, sans arrière-pensée d'adulte sérieux...

    "il ne faut pas dire un aigle... il faut dire.. un oiseau de couleur


    avec mon profond respect et toute mon admiration

    RépondreSupprimer
  45. Bon, là, c'est un sujet important, intéressant, sur lequel il faut d'abord que je lise TOUS les commentaires, avant de (peut-être) répondre, car il n'est pas impossible que je sois désagréable.

    Or, je viens de me tapert 800 bornes de voiture avec un lumbago, donc, je pense remettre à demain, dimanche, si vous le voulez bien...

    RépondreSupprimer
  46. Non, finalement, après lecture des commentaires, je renonce...

    RépondreSupprimer
  47. pour levri...
    je ne peux m'empêcher, quand même, de relever...
    bien d'accord qu'être enseignant suppose une vocation. Vital pour tant d'enfants...
    Mais loisirs et sécurité de l'emploi qu'apprécient en premier lieu certains n'est souvent pas leur motivation première.J'en connais qui eussent préféré poursuivre dans la recherche. Que ne leur en donne-t-on les moyens, au lieu de les confronter, jeunes enseignants inexpérimentés, aux élèves les plus difficiles, et dégoûtant par là et les uns et les autres ?
    leurs loisirs à mon avis, sont piètre compensation au regard de leurs frustrations. Ceci dit sans vouloir donner de leçon. Et cela dit je quitte le tableau.

    RépondreSupprimer
  48. @ lorrisbeck :

    Je suis aussi tout à fait d'accord avec tes propos ! (et je les avais à l'esprit en écrivant mon précédent commentaire). on ne peut pas tout simplifier à l'extrême, et d'une simple phrase exposer la vérité.

    Si on veut parler des problèmes de l'enseignement, il serait facile d'y passer la journée, sans rien résoudre pour autant, car nous n'en avons pas le pouvoir.

    Un petit truc qui m'a toujours un peu choqué par exemple, c'est "Education Nationale" pour la France. Mon avis étant que s'il est bien que l'enseignement soir nationalisée, l'éducation devrait être du ressort des parents.

    Le truc des enseignants débutants "lâchés" dans des classes à problème est scandaleux !

    Le nombre d''enseignants payés sans affectation, est tout aussi scandaleux.

    Et malheureusement quand un excellent enseignant voudrait faire quelque chose, trop souvent une hiérarchie sclérosée risque de le bloquer.

    Je n'ai rien contre les loisirs des enseignants, c'est uniquement sur les loisirs en tant que critère de choix de la profession.

    Pour ce qui est des gens avec une motivation de chercheur qui aboutissent à l'enseignement par défaut ... tu avoueras qu'ils ne feront pas forcément les meilleurs profs !... le financement de la recherche étant un autre débat.


    PS: pour ceux qui choisissent l'enseignement pour les congés et la sécurité, ce n'est pas une pure invention de mon petit esprit, j'en connais personnellement quelques uns qui ne s'en cachent pas ! (et qui ne sont d'ailleurs pas les pires profs)

    RépondreSupprimer
  49. pour levri

    si on continue à parler comme ça, on va se faire virer de la classe, j'en ai peur.

    ravi que tu soi d'accord avec moi, mais reconnais que si cela va sans dire, cela va mieux en le disant (les propos, pas l'accord).

    aurions-nous le pouvoir... que nous n'en userions probablement pas mieux que les autres, me semble-t-il.

    l'éducation, c'est du ressort des parents, j'en conviens, et des personnes-ressources qu'ils choisissent. Mais qui éduquera les parents dans une époque mouvante qui cherche ses repères ?

    les profs par défaut ne sont bien sûr pas les meilleurs, mais je voulais souligner qu'ils n'ont pas choisi de ne pas faire de recherche... dont le financement rentre ainsi dans le débat.

    choisir de pointer les failles du système, scandales et autres abus peut aussi aboutir à renforcer le dit système au lieu de changer de cadre...
    une idée : pourquoi pas une école pour les parents où recycler une partie des enseignants dont paraît-il l'effectif est pléthorique ?
    à eux il serait peut être utile d'enseigner l'au-delà des apparences (titre d'un documentaire sur les "races" humaines - hola ! stop ! je précise qu'il n'y en a qu'une, à mon humble mais ferme avis - il y a toute une pédagogie des adultes à étendre, par-delà ce qui se fait déjà.

    bon, et si on allait continuer de discuter dans la cour ?

    RépondreSupprimer
  50. Lorrisbeck,

    Il faudra, un jour, m'expliquer une chose : pourquoi avoir tant tardé avant d'intervenir ? Je sais bien que mon lectorat est exceptionnel, spirituel, intelligent et raffiné. Toutefois, pas au point d'en être intimidant ;-)))

    Bienvenue ici, espérant avoir l'occasion de vous lire encore souvent et, surtout, espérant que vous n'allez pas porter trop longtemps toute la misère du monde !

    RépondreSupprimer
  51. "Mais qui éduquera les parents dans une époque mouvante qui cherche ses repères ?"

    Excusez-moi, mais là, je suffoque !
    Notre sosiété aujourd'hui a des repères, seulement les adultes-enfants qui la composent ne veulent pas les voir, certainement par crainte de grandir et de devenir, enfin, des adultes !
    Quelle abhération de se demander qui éduquera les parents ! S'ils sont parents, c'est qu'ils sont déjà adultes, autonomes et responsables !
    Si ces parents ont besoin de conseils, des associations sont déjà à leur écoute (en France, nous avons, entre autres, une très bonne association qui s'appelle "l'école des parents"). Mais il s'agit de conseils, pas d'éducation ! Ne mélangeons pas tout !

    RépondreSupprimer
  52. "aberration" (quelle jolie faute)

    RépondreSupprimer