samedi 18 août 2007

Discussion mondaine

Hier soir, alors que je dégustais un cocktail "pamplemousse, pêche, san bitter" sur la terrasse d'un hôtel chic, discutant de tout et surtout de rien avec une amie, j'aperçois une silhouette connue.

Forcément, en tant que femme et ayant eu deux enfants, j'ai eu l'occasion de croiser cet homme relativement souvent : mon gynécologue, un homme plein de charme et ne manquant pas d'humour.

Bien que championne du monde dans l'art de parler pour ne rien dire, là, franchement, je me suis trouvée bête quand il est venu me serrer la main et se présenter à mon amie : je n'ai tout simplement pas trouvé quoi dire. J'ai préféré sourire comme une blonde parce que, franchement, "ça ne le fait pas" de dire à quelqu'un, un vendredi soir, sur une terrasse huppée que "merci, mes ovaires vont bien, mon utérus est en pleine forme et je suis vraiment ravie de mon stérilet !"

Messieurs, ne riez pas : tôt ou tard, vous finirez par consulter un urologue, susceptible de vous croiser dans les vestiaires après le squash ! Et là, vous lui direz quoi ? Que vous avez eu de belles balles ?

Enfin, tout cela pour dire que cela aurait pu être pire : j'aurais pu croiser mon analyste !

12 commentaires:

  1. D'accord avec vous : on devrait interdire aux explorateurs de touffes de sortir dans les rues avant deux heures du matin.

    RépondreSupprimer
  2. MDR!!!
    Très intéressant d'avoir un aperçu des pensées de l'autre côté du miroir. Peut-être n'était-il pas plus à l'aise que toi, après tout;o)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas qu'avoir une discussion en dehors du cabinet de mon médecin-(urologue-)ophtalmologue-physiothérapeute-etc. est une "bonne chose". Si je le croise dans la rue, je lui dit bonjour, c'est tout. De là à le présenter, à discuter... Il y a un pas énorme entre rapports de consultation et rapports amicaux que je ne suis pas près de franchir.

    RépondreSupprimer
  4. Du coup, plus de "A bientôt si vous le voulez bien" ? ...

    RépondreSupprimer
  5. :)
    Et qu'as-tu commandé, juste après son passage ?
    Un "Gin et Cola" ? ;)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai eu le même sentiment, croisant mon kiné au supermarché. Caddie contre caddie, j'en ai perdu mon latin, et n'ai réussi qu'à bredouiller que quelques mots sans intérêt !
    Mon gynécologue ? A vrai dire, c'est encore avec lui que je discuterais le plus :-)))

    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Il y a bien pire : rencontrer son son avocat ;-)

    RépondreSupprimer
  8. C'est toujours le même problème lorsqu'on rencontre des gens hors-contexte.

    Quand je rencontre des élèves en ville, autant eux que moi ne savons pas trop quoi dire!

    Je crois que lorsqu'une relation se construit à l'intérieur d'un cocon (classe, cabinet médical, etc.) on a de la peine lorsqu'on est dehors.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai eu le malheur de rencontrer mon analyste, en compagnie de l'analyste de mon père lorsque nous étions au restaurant...
    Mon père est allé saluer son psy, et moi j'ai passé le repas à me cacher, je ne rien su avaler...

    RépondreSupprimer
  10. Didier, votre franc parler ne cessera de m'étonner ;-)

    Nath, eh oui, les patients ont aussi des états d'âme, parfois !

    KHannibal, au plus tard le jour où tu deviendras père, tu auras compris le rôle central que joue un gynéco dans la vie d'une femme !

    Anange ;-)

    Arathilion, j'ai passé à la verveine....

    Mémère Cendrillon, t'as pas pu lui dire que tes vertébres L5 et S1 allaient mieux ?

    Sugus ;-))) Je te souhaite n'en avoir pas besoin !

    François, c'est exactement ça : la notion de "bulle" : ça doit être assez étonnant quand tu croises des élèves 10 ans après, non ?

    Zélia, ça veut au moins dire une chose : ton psy n'est pas "fou" au point de rester uniquement chez lui, il a une vie en dehors de son cabinet ;-)

    Speedy80, c'est pas charitable de se moquer ainsi ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Peut-être mais même en dehors de son cabinet il traîne avec des gens du milieu... Et évidement il faut que soit le psy de mon père =)

    RépondreSupprimer