mardi 9 octobre 2007

Pour Mademoiselle J.

"Pour le prochain cours, je dois apporter un texte qui me semble intéressant mais que je trouve très difficile".

Voici en substance le "défi" que m'a lancé notre jeune fille au pair : lui trouver un tel texte d'ici jeudi.

Évidemment pas trop long (inutile d'assommer toute la classe avec l'intégrale de Proust), francophone en VO (chaque fois qu'on traduit un texte suédois, forcément, il perd de sa "substance"), intéressant (même si je sais bien que les goûts et les couleurs....). "Difficile" devrait découler des précédents qualificatifs.

Et comme je suppose que toute la classe apportera une "jolie" copie d'un bouquin ou d'un article de presse, j'ai pensé à lui enregistrer une chanson, en y joignant les paroles.

Ce soir, mon coeur balance entre Brassens, Piaf, Lemay et Brel.

Allemande, Mademoiselle J. a 19 ans, un excellent niveau de français après sept ans d'étude (même si elle ne connaît pas l'expression "faut pas pousser mémère dans les orties") et un certain sens et un sens certain de l'humour (indispensable pour supporter Junior et Mini). Mais non, n'insistez pas, je ne vous mettrai pas sa photo !

Des idées à lui proposer ? Nouvelle, poème, extrait de roman, chanson, billet sur un blog, peu importe, laissez libre cours à votre imagination.

A bientôt si vous le voulez bien,

30 commentaires:

  1. une nouvelle de Borgés , le jardin aux sentiers qui bifurquent ?

    RépondreSupprimer
  2. Un texte de blog "Bergerie":
    http://h-il.blogspot.com/2007/10/bergerie.html
    Par les temps qui courent...

    Bien que pour apprendre le bon français c'est p'têtre pas la bonne adresse!

    RépondreSupprimer
  3. Une lettre de Paule Mangeat, écrivaine Suisse romande.

    RépondreSupprimer
  4. Mamz'elle, jamais lu de Borgés de ma vie, je l'avoue : ça va encore venir plomber mon budget, tout ça, merci du tuyau. PS: j'ai pas oublié la proposition, enfin, si... mais je fais signe dès que j'ai l'adresse mail recherchée...

    Sugus, excellent, je ne connaissais pas ce blog. Mais mince, pas facile à comprendre quand on n'est pas "du cru" ! Je vais voir si elle "croche" ou pas.

    Michelle.... touchée.... coulée..... Quel texte !

    RépondreSupprimer
  5. Je voudrai pas faire ma critiqueuse de service (non vraiment loin de moi cette idée). Mais quand même, Lemay, c'est difficile et intéressant ?
    A moins que l'on parle d'un autre Lemay ?
    Brassens, y a que ça de vrai ;)

    RépondreSupprimer
  6. Un texte de Khalil Gibran peut-être, plein de métaphores...

    Magnifique Lettre, Michelle...

    RépondreSupprimer
  7. "Emmenez-moi", d'Aznavour,
    ou "Le petit bonheur", de Félix Leclerc ?
    Elles ne sont pas si compliquées, mais pleines de tournures de phrases pas simples.

    RépondreSupprimer
  8. " Ces petits riens " de Gainsbourg ou " Mistral gagnant" de Renaud
    Ca pourrait être trés drôle de demander à ces amis de classe ce qu'est un mistral gagnant.

    RépondreSupprimer
  9. Je proposerais, pour ma part, ce court poème de Théophile Gautier (absolument authentique) :

    Que les chiens sont heureux,
    En leur humeur badine ;
    Ils se sucent la pine,
    Ils s'enculent entre eux :
    Que les chiens sont heureux !

    (Ponctuation non garantie : je cite de mémoire...)

    RépondreSupprimer
  10. Plus sérieusement, je ne trouve pas très approprié de proposer des textes d'auteurs étrangers (comme Borges-sans-accent, grand écrivain d'ailleurs), dans la mesure où ce sont déjà des traductions.

    Et puis, Khalil Gibran, beurk ! quel insupportable pathos gnan-gnan...

    RépondreSupprimer
  11. La fiche UIC 453
    "Modalités d'exécution des essais du frein à air comprimé effectués au moyen d'un engin moteur - Prescriptions concernant les trains en service international "
    Intéressant et difficile.
    Pile dans le mille.

    tchoutchou...évidemment
    (j'ai volontairement écarté le RIV-RIC trop facile...)

    RépondreSupprimer
  12. [url=http://www.paroles.net/chansons/14771.htm]Exercice en forme de Z[/url] que Gainsbourg a écrit pour Birkin...

    RépondreSupprimer
  13. Oups, balise html pourrie :-)

    RépondreSupprimer
  14. Un texte à décortiquer, court, intéressant, éducatif, incontournable ?

    Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789

    Plus subversif peut-être ?

    Un extrait de "Dieu et l'État" de Bakounine ?

    RépondreSupprimer
  15. Andromaque, Jean Racine, Acte IV - scène III.

    RépondreSupprimer
  16. Je vais jouer mon intello ... avec un peu de chance, ça va même plaire à Didier

    [mode off]non, là je rêve ![/mode off]

    Soit un extrait quelconque de "L'inconvénient d'être né" de Cioran (je crois qu'on a ça dans notre bibliothèque, non ?)

    Ou alors, un peu de poésie de Verlaine :

    Je suis venu, calme orphelin,
    Riche de mes seuls yeux tranquilles,
    Vers les hommes des grandes villes :
    Ils ne m'ont pas trouvé malin.

    A vingt ans un trouble nouveau
    Sous le nom d'amoureuses flammes
    M'a fait trouver belles les femmes :
    Elles ne m'ont pas trouvé beau.

    Bien que sans patrie et sans roi
    Et très brave ne l'étant guère,
    J'ai voulu mourir à la guerre :
    La mort n'a pas voulu de moi.

    Suis-je né trop tôt ou trop tard ?
    Qu'est-ce que je fais en ce monde ?
    O vous tous, ma peine est profonde :
    Priez pour le pauvre Gaspard

    RépondreSupprimer
  17. Je propose ce chef d'oeuvre de l'abbé de L'Atteignant:
    Le mot et la Chose.
    Ce texte utilise et s'appuie sur "mot" et "chose" et en fait varier sans cesse la compréhension.
    Il a l'avantage d'être simple.
    Le voici:
    Madame, quel est votre mot
    Et sur le mot et sur la chose ?
    On vous a dit souvent le mot,
    On vous a souvent fait la chose.
    Ainsi, de la chose et du mot
    Pouvez vous dire quelque chose.
    Et je gagerai que le mot
    Vous plaît beaucoup moins que la chose !


    Pour moi, voici quel est mon mot
    Et sur le mot et sur la chose
    J'avouerai que j'aime le mot,
    J'avouerai que j'aime la chose
    Mais c'est la chose avec le mot
    Et c'est le mot avec la chose,
    Autrement la chose et le mot
    A mes yeux seraient peu de chose.


    Je crois même, en faveur du mot,
    Pouvoir ajouter quelque chose,
    Une chose qui donne au mot
    Tout l'avantage sur la chose
    Est qu'on peut dire encore le mot
    Alors qu'on ne peut plus la chose...
    Et, si peu que vaille le mot,
    Enfin, c'est toujours quelque chose !...

    De là, je conclus que le mot
    Doit être mis avant la chose,
    Que l'on doit n'ajouter un mot
    Qu'autant que l'on peut quelque chose
    Et que, pour le temps où le mot
    Viendra seul, hélas sans la chose,
    Il faut se réserver le mot
    Pour se consoler de la chose !

    Pour vous, je crois qu'avec le mot
    Vous voyez toujours autre chose
    Vous dites si gaiement le mot,
    Vous méritez si bien la chose,
    Que, pour vous la chose et le mot
    Doivent être la même chose...
    Et, vous n'avez pas dit le mot,
    Qu'on est déjà prêt à la chose.


    Mais, quand je vous dis que le mot
    Vaut pour moi bien plus que la chose
    Vous devez me croire, à ce mot,
    Bien peu connaisseur de la chose !
    Et bien, voici mon dernier mot
    Et sur le mot et sur la chose -.
    Madame, passez-moi le mot...
    Et je vous passerai la chose !







    Abbé de Latteignant
    (1697-1779)

    RépondreSupprimer
  18. Pourquoi pas :

    - un texte de Prévert dans "Paroles"
    http://xtream.online.fr/Prevert/

    - une chanson de lynda lemay (voir dans paroles.net)

    - le texte sur le pardon d'une certaine Mme Poppins sur cuk.ch ;-)

    - le fameux "allez tranquillement" :



    "Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

    Sans alienation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes les personnes. Dites doucement et clairement votre vérité; écoutez les autres, même le simple d’esprit et l’ignorant; ils ont aussi leur histoire. Evitez les individus bruyants et agresseifs, ils sont une vexation pour l’esprit.

    Ne vous comparez avec personne: vous risquiez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que soi.

    Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit elle; c’est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudents dans vos affaires, car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugles en ce qui concerne la vertu qui existe; plusieurs individus recherchent de grands idéaux; et partout la vie est pleine d’héroïsme.

    Soyez vous-même. Surtout n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez pas cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l’herbe.

    Prenez le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance de l’esprit pour vous protéger en car de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatiques et de la solitude.

    Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.

    Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quelles que soient vos peines et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme.

    Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez positif et attentif aux autres.

    Tâchez d’être heureux.


    Auteur inconnu (1692)"

    RépondreSupprimer
  19. I. Sont soumises à la taxe sur la valeur ajoutée les livraisons de biens et les prestations de services effectuées à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel.

    II. 1º Est considéré comme livraison d'un bien, le transfert du pouvoir de disposer d'un bien meuble corporel comme un propriétaire.
    2º Sont notamment considérés comme des biens meubles corporels : l'électricité, le gaz, la chaleur, le froid et les biens similaires.
    3º Sont également considérés comme livraisons de biens :
    a) Le transfert de propriété d'un bien meuble corporel opéré en vertu d'une réquisition de l'autorité publique ;
    b) (Abrogé à compter du 1er janvier 1996).
    c) La remise matérielle d'un bien meuble corporel en vertu d'un contrat qui prévoit la location de ce bien pendant une certaine période ou sa vente à tempérament et qui est assorti d'une clause selon laquelle la propriété de ce bien est normalement acquise au détenteur ou à ses ayants droit au plus tard lors du paiement de la dernière échéance ;
    d) La remise matérielle d'un bien meuble corporel en vertu d'un contrat de vente qui comporte une clause de réserve de propriété.

    Le premier qui trouve d'où cela vient a toute mon estime.
    Bises
    nouwanda

    RépondreSupprimer
  20. ===> Mister : d'accord pour Cioran. Mais, tant qu'à s'embarquer avec Verlaine, je préférerais :

    L'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable,
    Que crains-tu de la guêpe, ivre de son vol fou ?
    Vois, le soleil toujours poudroie à quelque trou.
    Que ne t'endormais-tu le coude sur la table ?

    Pauvre âme pâle, au moins, cette eau du puits glacé,
    Bois-la ! Puis dors, après! Allons, tu vois : je reste.
    Et je dorloterai les rêves de ta sieste,
    Et tu chantonneras comme un enfant bercé.

    Midi sonne. De grâce, éloignez-vous, Madame :
    Il dort ! C'est étonnant comme les pas de femme
    Résonnent au cerveau des pauvres malheureux.

    Midi sonne. J'ai fait arroser dans la chambre.
    Va, dors. L'espoir luit comme un caillou dans un creux.
    Ah! quand refleuriront les roses de septembre ?

    (Je cite de mémoire : la ponctuation doit être atrocement fautive, pardon...)

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir,

    Merci à toutes et tous pour vos idées : cela m'a donné envie de lire plein de choses, nouvelles ou à re-découvrir.

    Le choix de Mademoiselle J. s'est finalement porté sur la lettre de Paule Mangeat, que je trouve aussi très très beau.

    Quant à Linda Lemay, je l'avais retenue parce que je trouve que "l'accent" québecois n'est pas forcément facile à comprendre quand on n'est pas de langue maternelle francophone, outre que ses chansons ont le mérite d'être "modernes" dans les propos (tiens, "à toutes les frustrées", par exemple, ça change de Proust, non ?).

    Bref, c'est génial d'avoir ainsi un "bouquet" de suggestions, c'était vraiment sympa de votre part.

    Excellente soirée, à bientôt,

    PS: la fiche UIC, tu n'y penses pas ;-))))

    RépondreSupprimer
  22. Non, mais vous vous rendez compte, en quelques heures tous ces textes magnifiques échangés ?
    Merci à Madame Poppins de nous réunir.

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  26. Merci de ne pas confondre échanges d'idées et publicité !

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  28. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer